logo-valerie-ruiz-wedding
a

Organisation

et

Coordination

de mariage

contact@valerieruizwedding.events
06 85 86 54 07

top

Valérie RUIZ WEDDING

robe de marié histoire

L’évolution de la robe de mariée

Dans l’organisation d’un mariage, il y a de nombreux éléments à prendre en compte. Il faut gérer l’organisation, la coordination de tous les prestataires, les invitations et tant d’autres… Mais il y a un élément qui correspond à un rêve de petite fille, le choix de la robe de mariée. En effet la robe de mariée est l’un des éléments principaux du mariage pour une femme. Des mois sont souvent nécessaires à la mariée pour trouver la robe de ses rêves. Il faut souvent une multitudes d’essayages de robes de différents styles et quelques retouches pour que la mariée fasse son choix. Mais saviez-vous que la robe de mariée a une longue histoire derrière elle ? De l’antiquité à nos jours, cette tenue rêvée n’a de cesse d’évoluer en fonction des modes.

Les robes de mariée au fil du temps

Dans l’antiquité, l’apparition des premières robes de mariés

Les premières robes de mariée daterait de l’antiquité, bien que l’on ai assez peu d’informations à ce sujet. A l’époque, la veille de la cérémonie la femme est vêtue d’une robe en lin blanc appelée la Stola. Cette tenue est ceinturée par un noeud d’Hercule en guise de ceinture de chasteté que seul le mari peut défaire. Le jour du mariage, elle porte au dessus de sa tenue un long manteau jaune safran et une couronne de fleurs d’oranger.

Au moyen Age 

La robe de mariée est alors un symbole de richesse. Elle permet aux familles d’affirmer ou de montrer leur puissance. Ainsi la robe de mariée n’est pas forcément une tenue spécifique dictée par des codes. La mariée porte tout simplement ses plus beaux vêtements. On voit principalement des tenues colorées. On voit alors du rouge, du pourpre, du bleu, du noir. Pour les familles plus humbles, les jeunes filles se marient dans des vêtements de lin ou de laine. A cette époque le blanc est banni car il est synonyme de pauvreté. En effet, un vêtement blanc est non teint donc moins onéreux. On remarque que les robes rouges ou noires sont souvent privilégiées car elle sont facile à faire par les teinturiers. 

A la renaissance

C’est l’époque du renouveau et on voit les robes de mariée évoluer en ce sens. Les robes se parent de grosses étoffes, de tissus de velours, de broderie dorées. L’idée est d’ajouter tout ce qui pourra enrichir la robe au risque de trop en faire. Les robes sont très larges : il faut se montrer et surtout montrer que sa robe a de la valeur. 

L’apparition de la traditionnelle robe de mariée blanche

Dans l’histoire, le blanc n’a pas toujours été la couleur privilégiée pour les robes de mariée. Effectivement, on sait que cette couleur était souvent synonyme de manque de moyens financiers. Ce n’est qu’en 1840 grâce à la Reine Victoria et au Prince de Saxe que le blanc prend toute sa place dans la tenue de la mariée. En délaissant la traditionnelle robe rouge, la reine a la volonté de remettre le blanc à l’honneur comme symbole de pureté et de virginité. La mode de la robe blanche fut lancée et elle devient une norme dans les familles aisées. Elle n’est plus uniquement représentative de la pureté mais aussi d’une classe sociale.

Aujourd’hui la robe blanche s’est inscrite dans la tradition pour des raisons symboliques mais aussi pour des raisons pratiques. En effet les robes étant très travaillées, la couleur blanche est la plus adaptée car elle évite de surcharger la tenue et  elle permet d’être accessoirisée plus simplement. C’est bien connu, tout va avec le blanc.  

Les robes de mariée de temps moderne au grès des modes et des cultures 

Si le blanc s’est imposé comme étant la couleur des robes de mariée, les modes n’ont cessé de faire évoluer les robes. On voit notamment les tissus, les formes et les techniques de confection évoluer.

Dans les années 20, les femmes sont vêtues de longues robes blanches ornées de broderies et de dentelles. On privilégie les tissus légers et fluides de sorte qu’il puisse y avoir des jeux de transparence. La robe est assez ample pour ne pas marquer la taille. Pour la coiffure on voit très souvent les mariées se parer de diadème avec des perles ou des plumes. 

On assiste dans les années 40/50 à l’influence de la guerre sur les tenues des mariées. Elles sont plus simples et avec moins de détails car le tissus manque. On privilégie également de plus les robes courtes afin de les réutiliser au quotidien.

Les années 60/70 sont quant à elle une époque de contestations et de libération des moeurs. Ainsi, les femmes imposent leur indépendance et leur liberté face aux hommes. C’est dans cette continuité que l’on voit certaines femmes se marier en pantalon. 

Aujourd’hui, la robe de mariée se veut de plus en plus simple. La tendance n’est plus à la robe bouffante, aux longs voiles, aux dentelles au niveau des bras. On préfère des robes au tissus légers et confortables. Les modèles sont près du corps et les coupes minimalistes, pures et élégantes. 

Mais il faut aussi savoir que les robes de mariée sont différentes en fonctions des cultures. Les robes blanches sont ancrées dans notre tradition mais dans d’autres pays on retrouve en fonction des cultures tous types de robes. Elles peuvent être plus ou moins colorées avec des codes spécifiques issus des traditions de chaque pays.

En somme la robe de mariée a traversé le temps. Elle a évolué en fonction de chaque époque pour célébrer et mettre en valeur chaque femme pour ce jour si particulier. Aujourd’hui elle représente un rêve de petite fille, que chacune d’entre-elle garde pour elle jusqu’au jour J.